2.7.05

Willkommen in Montreux

Berlin est bien loin, et afin de ne pas perdre pied avec le monde de la musique et de se ménager un retour progressif dans notre douce et tranquille patrie, nous allons occuper ces pages avec du rock, de l’électro, des songwriters et un petit peu de jazz côté suisse. Nos quartiers d’été se trouvent dans les environs du Montreux Jazz Festival qui a bien évolué depuis sa création il y a 39 ans. Il pourrait être rebaptisé cette année “Montreux Rock Festival” pour le bonheur de Bebop et le malheur de Loola. En décortiquant habilement le programme et en se laissant surprendre on fera de toutes façon de belles découvertes.

On commence par ce soir avec la sensuelle Tori Amos qui nous a livré un concert en solo magnifique. La belle chante avec ses tripes, nous donne la chair de poule, et s’accompagne elle-même au piano, Fender Rhodes ou à l'orgue. 2 heures de concert pour faire le plein d’émotion. Une belle soirée d’ouverture ! Les Corrs, on n’est pas allé voir, et on ne le regrette pas. La soirée reggae, avec Sly et Robbie c’est maintenant, et on se sauve, pour finir la nuit en beauté.

1 Commentaire(s):

Anonymous Cecile from Paris a dit...

Tout d'abord merci Bebop & Loola pour la vivacité, l'humour, et la pertinence de vos commentaires qui nous font swinguer - comme si on était à Montreux, ou presque... Ici, le Paris Jazz Festival vient d'ouvrir, et avec lui son lot de grosses pointures et jeunes talents ; je vous tiendrai au courant.
Un petit commentaire sur Tori Amos : moi-meme, fan de longue date - à une époque, me passant en boucle ses albums, je l'accompagnais volontiers de mes propres vocalises, au grand dam de mes voisins de palier - j'ai assisté à son quasi seul et unique concert français au Zénith, le 13 juin. Le grand frisson ! découvrir Tori Amos en concert, c'est la redécouvrir ; c'est sur scène qu'elle se livre vraiment et se délivre, pour quelques minutes, de ses démons... dans un fiévreux et paroxistique corps à corps avec son piano et/ou son orgue et/ou son Fender... quelle sensualité ! On l'imagine en grande prêtresse de la Nature (Gaia Mater..., le thème central de son dernier album "The Beekeeper"), ou en fée ensorcelleuse parcourant Brocéliande !

10:02 PM  

Ajouter un commentaire

<< Page principale