28.2.05

Jam Sessions

Quand Bebop est loin, Loola swingue. Cette semaine fut dédiée au jazz et plus particulièrement aux jam sessions, qui, on le rappelle, étaient à l’origine les principaux lieux de rencontre, d’apprentissage et de recrutement pour les musiciens de jazz. Actuellement les multiples écoles, workshops, clubs et collectifs remplissent ces fonctions. Cependant, les jam sessions n’ont pas disparu pour autant. Et bien qu’elles aient parfois tendance à tourner au marathon, elles restent un lieu de prédilection pour les musiciens et les mélomanes. Mais revenons à Berlin. La densité de clubs de jazz est assez exceptionnelle, par conséquent tout le monde devrait y trouver son compte. De plus, la ville abrite un grand réservoir de musiciens fort talentueux, les jams sont en conséquence d’un très bon niveau.

Cap sur Mitte au B-Flat, mercredi. La grande salle à la déco sommaire et aux hauts plafonds a un certain charme. La scène est située devant deux énormes baies vitrées qui donnent sur la rue. Le club attire une clientèle jeune et branchée, l’endroit est enfumé, bruyant, parfois bondé, et c’est ce qui fait son charme et sa popularité. Robin’s Nest, un quartète bien connu à Berlin ouvre la session. Une heure plus tard, saxophonistes, contrebassistes, batteurs et pianistes se succèdent sur scène à un rythme effréné.

Samedi soir : RDV à 00h30 pour la « late night session » du A-Trane à Charlottenburg. Nous nous trouvons dans les quartiers chics de l’ex "West- Berlin", et le A-Trane porte encore toutes les traces de cette époque : ambiance chicos, costards, cheveux blancs, mines blasées. Le club a néanmoins l’avantage d’être tout petit. L’ambiance est assez intimiste et les premières tables plongent sur la scène. C’est également ici que, selon les rumeurs, viennent jammer les meilleurs musiciens de la ville. Les sessions du samedi finissent généralement à l’aube.

Le dimanche soir c’est dans une ambiance presque familiale au Be-Bop Bar de Kreuzberg que les musiciens se retrouvent. Le club est de la grandeur d’un appartement. Comme il est situé dans une zone résidentielle, les jams sont acoustiques, afin de ne pas réveiller les humeurs des voisins. Même les chanteurs doivent se passer de micro. Un endroit très agréable pour finir le week-end en beauté. Les plus résistants poursuivront jusqu’au lundi soir au Schlot.